Charlemagne a sauvé le monde

On dit que presque tous les français descendent de Charlemagne. Vrai ou faux, là n’est pas la question. Ce qui me frappe, c’est la perspective. L’arbre, le bout de la chaîne… le phénomène générateur. J’ai lu un très bon article, la semaine dernière, dans le magazine In the Moment (Numéro #2 Mars-Avril 2018, p 32)., dernier né de la famille Oracom (Psychologie Positive, Flow, Simple Things etc.). C’est Maud Simon qui signe la tribune bien être.  On ne se connait absolument pas, et je n’en parle pas seulement parce qu’elle se prend pour une sorcière et moi Mary Poppins.

Pour l’instant le lien avec Charlemagne n’est pas évident, et pourtant… Son article traite de l’effet papillon. Pas de point scientifique sur ce phénomène, mais juste une ligne pour que ce soit bien clair. Il n’est pas question de l’émission de Canal + mais d’une composante de la théorie du chaos. L’idée, qui date des années 60, est que le battement d’aile d’un papillon a des impacts sur les conditions atmosphériques à l’autre bout de la terre.

Cela signifie que rien n’est inconséquent. Et c’est tout le sens de l’article de Maud Simon qui part d’une tartine confiture pour finalement détruire le monde… j’extrapole complètement, mais c’est l’idée. C’est pour cela que je tiens absolument à l’étude des causes avec mes clients. Je ne suis pas psy ni thérapeute d’entreprise (je crois que je viens d’inventer un nouveau métier), mais il s’agit d’accompagner la conscience de l’impact de nos choix et de nos comportements surtout. On peut souvent revenir sur un choix ou le corriger, un comportement ne s’efface pas, ou difficilement. Prenons l’exemple des conflits sociaux actuels, chacun d’entre eux est né de mauvaises décisions, ou comportements ou encore orientations de précédentes Directions. Pour la plupart, ces conséquences n’étaient pas évidentes. Lorsqu’on ne fait pas l’effort d’être promouvant dans un projet ou lors d’une réunion, a-t-on idée des conséquences que cela peut avoir ? Repousser les enjeux change parce qu’on manque de budget ou de temps est, par conséquent, sans aucune exception, une mauvaise décision. Finalement la grève à la SNCF c’est de la faute de Charlemagne, qui, a engendré les ancêtres de celui qui n’aurait pas du prendre la tartine de confiture !

Et plus positivement, cela signifie que nous avons le pouvoir. Après la lecture de cet article, j’ai demandé à mon mari s’il avait souri de manière déterminée au pompiste, au livreur de pizza, à son chef et à un inconnu. Si l’on tire le trait comme Maud Simon, un sourire peut sauver le monde. Il s’agit de prendre conscience qu’un sourire adressé à son collègue, peut influencer son humeur, donc sa performance, donc les résultats de l’entreprise, donc le bénéfice, donc la rétribution, donc le budget vacances d’une autre collègue, donc le repos de son mari, donc leur bien être et leur capacité à accompagner positivement leur enfant, qui s’épanouira donc et pourra inventer le vaccin contre la guerre. Finalement, en souriant, chacun de nous à la capacité d’influencer positivement l’avenir. Sourire ou arriver à l’heure à une réunion, prendre le temps d’écouter des aide-soignantes en souffrance dans un service, s’accorder une pause P**le de lait 10 minutes par jour, payer ses impôts, acheter des marchandises propres…

Charlemagne a déjà sauvé le monde, car il a engendré la plupart de nos lignées et que le pouvoir est en nous.

Abonnez-vous aux publications en suivant la page Facebook, ou sur Twitter

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *