Les accords toltèques sauveront le monde

Je dis souvent que finalement tout ce qu’on enseigne du management, leadership et développement personnel, a été écrit dans la Bible il y a quelques millénaires. Ou même, bien avant encore, par quelques philosophes grecs, qui écriraient aujourd’hui dans le magazine Psychologie Positive. Que peut-on bien inventer de neuf ? Rien, en fait. Dans nos métiers on ne fait que transmettre, redire, reformuler, rabâcher, agréger, ce qui a déjà été dit. L’enjeu n’est pas à la découverte de concepts, mais à la mise en mouvement.

S’il ne nous fallait retenir que quelques idées fondamentales du bien vivre, du bien être, du bien ensemble, à mon avis ce devrait être les accords toltèques, rendus célèbres par le bouquin, au titre très surprenant, Les quatre accords Toltèques (Miguel Ruiz – 2013).  Alors oui, tout le monde en parle, c’est à la mode, et pour une fois, tant mieux.

“Que votre parole soit impeccable”

 “N’en faites pas une affaire personnelle”

“Ne faites pas de supposition”

“Faites toujours de votre mieux”

Concrètement, ça ressemble aux 10 commandements, mais en beaucoup plus compliqué à mettre en oeuvre. “Tu ne tueras point” me pose beaucoup moins de soucis quotidiens que “n’en faites pas une affaire personnelle”.

Je ne décortique pas, il faut lire ou écouter le livre de Miguel Ruiz (ou un autre d’ailleurs).  Je ne fais même pas l’effort de présenter la civilisation toltèque. Et je ne vais pas redire tout ce qui a été écrit sur les blogs, les magazines, dans les manuels du quotidien, les jeux de cartes etc. Ne réinventons pas l’eau chaude non plus… et puis c’est plutôt assez clair dans l’intitulé des accords, non ?

C’est mon plus gros challenge dans ma vie personnelle (surtout le 2 et 3 soyons francs). Notre plus gros challenge collectif également, selon moi… Que ce passerait-il si les protagonistes d’un conflit social appliquaient ces préceptes ? Si des collaborateurs regardaient leurs collègues et managers à travers ce mantra ? Si une famille se fixait ces règles avant un départ en vacances ? Si les membres d’un gouvernement (ou commentateurs frustrés) agissaient dans ce souci là ? Ou carrément, allons plus loin, osons le dire, si un dictateur prenait le temps de la réflexion, aidé par ces quelques principes simples ?

Les accords toltèques sauveront le monde, car nous serons sauvés le jour où, individuellement, nous les appliqueront, tous.

Abonnez-vous aux publications en suivant la page Facebook, ou sur Twitter

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *