Si Spinoza double ses followers, on sauve l’engagement des collaborateurs

Oulala… Spinoza… cours de philo terminale. Un brave type d’après mes souvenirs. Il n’a pas connu mon grand-père, c’était encore un peu avant. Bref. Ce type a une pensée assez simple et hyper inclusive qu’on peut résumer par : l’essence même de l’homme est le désir d’être heureux, de bien-vivre, de bien agir. Alors, je ne dis pas qu’on pourrait croire que l’essence même de l’homme est le désir d’être malheureux, torturé, de se pourrir la vie et de pourrir celle des autres, mais franchement quand on regarde l’état du monde et, moins loin de nous, nos modes de travail, qui n’a pas envie de se faire Spinoza chez Ruquier ? Mais admettons. Ou, comme moi, soyons convaincus de ce postulat de départ : l’essence même de l’homme est le désir d’être heureux, de bien-vivre, de bien agir. Qu’est-ce qu’on fait du coup ? Parce que visiblement, le savoir ne suffit pas.

Continue reading “Si Spinoza double ses followers, on sauve l’engagement des collaborateurs”